Pour la deuxième année consécutive, une doctorante suisse figure au palmarès!

La 4è finale internationale du concours francophone d’éloquence et de vulgarisation « Ma thèse en 180 seconde » s’est déroulée à Liège (Belgique) le 28 septembre 2017. En trois minutes chrono, les doctorant-e-s sont mis au défi de présenter leurs travaux de recherche à un public de non initié-e-s avec clarté, efficacité et de façon ludique !

La Suisse y participait pour la deuxième année. Deux candidat-e-s, lauréat-e-s du concours national organisé à Genève le 18 mai dernier, ont représenté la Suisse à la finale internationale. Sarah Olivier, doctorante à l'Université de Genève (UNIGE), et Amaël Cohades, doctorant à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont présenté leurs thèses au jury et aux plus de 650 personnes du public venus assister à l'événement dans le studio Média Rives de la RTBF. Les deux candidat-e-s s’y sont mesurés à 17 autres concurrent-e-s venu-e-s de 14 pays différents.

Sarah Olivier, de l’Université de Genève, s’est vue remettre le 3è prix du jury. Créant la surprise en entonnant la chanson populaire «Le bon roi Dagobert», elle a su convaincre le jury tant par sa fraicheur que par la profondeur de son propos.

00098 314 180sec selec 2017michel houet uliege

Photo © ULiège - M.Houet

Palmarès 2017:

Le jury, présidé par Alain Vanderplasschen (prix GSK Vaccines 2016) et composé notamment de la gagnante suisse 2016, Désirée König, a décerné 3 prix. Le public présent dans la salle était également appelé à voter pour son ou sa préféré-e.

Premier prix (1500 euros): Marielle Yasmine Agbahoungbata (Université d’Abomey-Calavi, Bénin), «Élaboration de matériaux photocatalyseurs à base d'oxyde de titane (TiO2) pour l'élimination des micropolluants organiques des milieux aqueux» VIDÉO
Deuxième prix (1000 euros): Damien Mathis (Université Laval, Québec, Canada), «Développement de nouveaux matériaux de haute inertie thermique à base de bois et matériaux à changement de phase biosourcés» VIDÉO
Troisième prix (750 euros): Sarah Olivier (Université de Genève, Suisse), «La mémoire mérovingienne au travers de ses réécritures. Transmission, renouvellement, légitimation (XIVe-XVe siècles)» VIDÉO
Prix du public ex aequo (100 euros chacun-e) :
- Sabrina Fadloun (Communauté Université Grenoble Alpes, France), «Étude d’un procédé de dépôt cuivre par MOCVD pour des vias traversants à fort facteur de forme pour l’intégration 3D» VIDÉO
- Alexis Darras (Université de Liège, Belgique) «Évaporation sous champ de gouttes de colloïdes superparamagnétiques» VIDÉO

 

Le second candidat suisse a également fait une prestations remarquable et très appréciée du public: Amaël Cohades, École polytechnique fédérale de Lausanne: « Matériaux composites fonctionnels alliant tolérance à l’endommagement et auto-cicatrisation » (vidéo à venir)

Retrouvez tou-te-s les candidat-e-s de l’édition 2017, ainsi que l’intitulé de leurs thèses, sur le site de l’Université de Liège LIEN

L’intégralité de l'événement est disponible sur Facebook (il n’est pas nécessaire de disposer d’un compte) VIDÉO

 

Retour en images sur cette édition 2017:
Photos de la soirée prises par l’Université de Liège GALLERIE
Photos des coulisses et les répétitions, prises par l’Université de Liège GALLERIE
Les coulisses, les répétitions et la soirée, vues par la délégation suisse à Liège (prochainement)

Présentation générale

Le concours Ma thèse en 180 secondes permet à des doctorant-e-s de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque doctorant-e doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche.

Un concours en trois temps

Une compétition interne dans les hautes écoles universitaires participantes (UNIFR, UNIGE, UNIL, UNINE, EPFL), est organisée. Au terme de ces concours, trois lauréat-e-s par établissement sont sélectionné-e-s pour participer à la seconde étape: la finale nationale du concours.
Pour connaître les modalités d’organisation du concours au sein des établissements, vous pouvez consulter la personne chargée du concours dans chaque université.

Historique

Le concours Ma thèse en 180 secondes est inspiré du concours Three minute thesis (3MT) qui a eu lieu pour la première fois en 2008 à l’Université du Queensland, en Australie.
Importé au Canada, le concept a été adapté en français pour le Québec par l'Association francophone pour le savoir (Acfas). En 2014, la Belgique, la France et le Maroc se sont joints aux Québécois pour organiser une première grande finale internationale. Avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), le Burkina Faso, le Cameroun, le Sénégal et la Tunisie ont pu également envoyer des candidat-e-s à la finale 2015, le 1er octobre 2015 à Paris.

Dès 2016, la Suisse sera également représentée, et enverra ses meilleur-e-s représentant-e-s pour la finale de Rabat (Maroc), au début d'octobre.

Dans la vidéo ci-dessous (septembre 2015), la Directrice générale de l'ACFAS, Esther Gaudreault, explique la genèse de la version francophone.

Pourquoi participer ?

Ma thèse en 180 secondes offre une occasion unique aux candidat-e-s au doctorat de parfaire leurs aptitudes en communication, tout en leur donnant la possibilité de diffuser leurs recherches dans l’espace public. Les présentations des finalistes des universités seront filmées pendant la finale nationale et diffusées sur Internet, leur permettant ainsi de partager leur passion avec le plus grand nombre! Avec la finale internationale, les recherches des lauréat-e-s pourront également rayonner au-delà de nos frontières!

Ateliers MT180

Le programme transversal de la CUSO organise des ateliers destinés spécifiquement aux doctorant-e-s inscrit-e-s au concours interne de leur université d'attache.

Intéressé-e-s? Plus d'informations et inscription sur http://competences.cuso.ch/activites/mt180/